Les pathologies végétales




Les informations qui suivent ont été tirées, en partie, de textes choisis sur "Wikipédia l’Encyclopédie". J’ai trié selon les informations les plus pertinentes, et coupées au plus court possible pour que ce soit compréhensible. Ça rejoint bien sûr, tout ce que j’ai appris dans mes formations en horticulture, mais dit de façon plus scientifique que je n’aurais pu l’expliquer dans mes mots seulement...

Alors voici :

La pathologie végétale ou phytopathologie est la science qui étudie les maladies des plantes, surtout des plantes cultivées à l'intérieur.

La distinction entre une maladie et un problème d'ordre physiologique n'est pas toujours facile à faire. A la fin de cet article est placée une énumération de problèmes physiologiques pouvant être confondus avec des maladies
Les maladies des plantes sont dues à des organismes (animaux, bactéries, virus, algues, champignons, …) qui sont normalement présents et souvent en grande quantité dans leur environnement, parfois même des organismes utiles ou symbiotes (comme les champignons mycorhisiens) à la plante.
Ils ne deviennent pathogènes que dans certaines circonstances.On les regroupe sous l'appellation : organismes phytopathogènes.
(Il y a ICI mon billet avec une liste partielle et description des maladies, soit Maladies cryptogamiques, Maladies virales, et Maladies bactériennes.)
PROBLÈMES PHYSIOLOGIQUES POUVANT FAIRE PENSER À DES MALADIES

Ce sont les dysfonctionnements physiologiques de la plante liés à des facteurs tels ceux listés ci-après.

Stress hydrique : Le manque d'eau induit un dessèchement, un ralentissement, et un excès d’eau peut provoquer une asphyxie radiculaire (des racines). Les problèmes liés au PH de l'eau, à sa température, à la salinité (quantité de sels minéraux) ou à sa qualité (pollution chimique ou organique de l’eau, par exemple par de pathovars de la bactérie Pseudomonas).
Composition chimique du sol : Les constituants minéraux nécessaires à la plante peuvent être en quantité ou en disponibilité insuffisante au point de provoquer de véritables symptômes extérieurs et pas seulement une production limitée.
Éléments principaux (dits aussi majeurs) :
N (azote minéral)
K (potassium)
Mg (magnésium)
Oligo-éléments (dits aussi mineurs) :
De nombreux oligo-éléments interviennent ainsi que les toxines naturelles ou polluants introduits par l'homme (plomb, arsenic par exemple…) Ces oligo-éléments sont principalement les suivants : Fer, bore, zinc, cuivre, manganèse, calcium.

(Voir ici les informations plus élaborées et approfondies sur les engrais et leurs rôles pour les plantes.)

Anomalies thermo hygrométriques : Un excès de chaleur s'identifiera avec un échaudage du végétal, insolation souvent liée à une diminution de l'hygrométrie (manque d’eau) provoquant un double stress pour la plante et en ville une diminution du phénomène de rosée.
Le gel a lui aussi un effet important. Il provoque des roulures, une fente des troncs et des écorces éclatées par l'eau. Le poids de la neige ou du givre provoque aussi la fracture des branches ou des tiges. Certaines bactéries présentes sur les feuilles comme Pseudomonas peuvent induire la cristallisation de glace à la surface des végétaux un peu avant le 0 °C.

Pollution atmosphérique : Les poussières et substances grasses qui encrassent les feuilles, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur, freinent la photosynthèse (captation de la lumière) tout en favorisant la colonisation de surface par des champignons ou bactéries épiphytes éventuellement pathogènes. Certaines substances véhiculées par l'atmosphère sont très nocives pour les végétaux telle que, par exemple, l'Anhydride sulfureux et de manière générale les acides émis par l'activité humaine (l'industrie, la combustion des chauffages, les gaz d'échappements des véhicules…), l'ozone, et autres oxydants émis par l'industrie, le chauffage, les véhicules, agissant le jour et/ou la nuit. On peut citer l'effet des éruptions volcaniques émettrices de cendres fines: celles-ci recouvrent les végétaux proches et si elles ne sont las lavées par des pluies, ceux-ci n'ont plus assez de lumière et souffrent.

Je vous suggère de considérer sérieusement ces facteurs avant de poser un diagnostique de maladie sur une plante, avant d’effectuer un traitement, qui pourrait être complètement inutile, parfois dommageable pour la plante et polluant…

J'espère que ceci vous sera utile, et si vous avez des questions, ne vous gênez surtout pas!!!!


2 commentaires:

Anonyme a dit…

Allo Viridis ! je suis venus te souhaiter bonne chance avec ton blog, ma chère amie !!!

Il est très bien réussi !!!

Félicitations !

Mario Vachon
Senneterre, Qc

Marthe Robineau a dit…

Merci beaucoup! Mario! Je suis très heureuse de ta visite!!! :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Un p'tit geste chaque jour... c'est gratuit... et ça compte!

Calendrier des fruits et légumes de saison